Quand le Secours catholique se met au vert

Un article récent du site du Secours catholique évoque les initiatives de plus en plus nombreuses qui sont prises par les antennes de cette ONG autour du lien à la terre, pour recréer du lien social et offrir une activité structurante pour les personnes accompagnées. En voici quelques exemples. On peut retrouver l’original ici.

 

Produire ensemble, découvrir les autres, partager le fruit des efforts de tous sont les principaux objectifs de ces équipes pas ordinaires. La production, encourageante, crée des liens entre ces jardiniers qui mettent de côté, durant ce temps de jardinage, leurs difficultés et leurs soucis. Ensemble, ils découvrent le plaisir du travail productif, dans un esprit d’équipe.

À Brest : récolter, créer du lien et agir solidairement

Depuis mars 2011, une équipe se retrouve deux après-midi par semaine, au parc du Centre de Kéraudren, dans les 1 500 m² du jardin solidaire mis à disposition par le diocèse. Les plantations sont variées : légumes – salades, radis, pommes de terre, oignons, échalotes, tomates, haricots –, fruits et fleurs. Mais la production, encourageante, est partagée et les jardiniers participent à leur tour à la solidarité avec d’autres. Si, bien sûr, une partie des récoltes est répartie avec ceux qui cultivent le jardin, une part est expédiée dans les épiceries sociales du Secours Catholique de Brest, voire au-delà, selon les quantités, tandis qu’une autre est vendue auprès du réseau au profit du développement des activités agricoles de la Caritas Kaolack, au Sénégal. Le potager se fait dans le respect de l’environnement. L’équipe a installé des panneaux descriptifs dans un objectif pédagogique pour accueillir le public, des écoliers, des groupes. Une manière de sensibiliser à la solidarité et au respect de l’environnement.

Dans le Rhône : à Belleville-sur-Saône, à Caluire, des jardins de l’entraide

Faire pousser fleurs et légumes n’est pas le seul but. Les jardins de l’entraide permettent aussi des rencontres entre les jardiniers, été comme hiver. La période des récoltes est toujours l’occasion de rassembler ceux qui aident au bon fonctionnement de ces jardins : pour partager un repas, un barbecue, une journée « portes ouvertes ». À la belle saison, le jardin de Caluire est ouvert deux après-midi par semaine, et les bénévoles assurent une présence à chaque ouverture. Les jardiniers apprécient les échanges sur les savoir-faire et les astuces.Que ce soit à Belleville ou à Caluire, en dehors de la culture de leur parcelle, tous les jardiniers participent aux activités communes : entretien des chalets, des parties communes, ou encore des parcelles cultivées en commun.À Caluire, l’accent est mis sur l’aspect écologique des jardins. La « farine de plume » et le fumier de cheval, échangé contre un nettoyage des écuries, remplacent les engrais chimiques et un fermier de Belleville fournit également du fumier aux jardiniers.

Dans les Deux-Sèvres et à Mende : des jardins pour se nourrir

Des familles bénéficient ainsi d’une parcelle de jardin, leur offrant une façon de subvenir à leurs besoins quotidiens et un espace de convivialité. À Mende, prêtés par l’association de l’Adoration, les jardins permettent à des personnes en difficulté d’acquérir des compétences, et de se réinsérer progressivement tout en nourrissant leur famille. Chaque famille peut par ailleurs bénéficier d’un accompagnement personnalisé tout en versant une participation modique pour cultiver sa parcelle. Chacun respecte les parcelles des voisins. L’une d’entre elles est réservée à la convivialité : tables et chaises de jardin permettent de se reposer, de profiter d’un lieu de plein air avec les enfants, et d’échanger avec les autres cultivateurs.

Dans les Vosges : un jardin collectif cogéré avec le conseil général et la ville de Gérardmer

Jardin & Co rassemble depuis le printemps 2009, sur un terrain mis à disposition par la commune qui l’a nivelé et a fourni une bonne terre végétale, une douzaine de familles soit une trentaine de personnes. Deux fois par semaine, dès le printemps, elles réalisent et entretiennent les plantations avec les conseils d’un agriculteur professionnel spécialisé dans le « bio ». Le fruit de leur travail : une récolte bio faite de salades, choux, pommes de terre, radis, aromates… « Le jardin est partagé en une grande partie collective, puisque la cohésion reste le maître mot, avec tout de même plusieurs parcelles individuelles pour ceux qui le souhaitent. Sept jardiniers désirent tenter l’expérience d’une petite partie individuelle. Pour autant, la présence aux séances collectives reste obligatoire, le jardinage individuel étant pris sur d’autres créneaux horaires », précise Jean-Marc Dilly, membre du Secours Catholique, pilote et coordinateur de ce projet. Durant la saison creuse, les jardiniers prennent part à d’autres activités : atelier cuisine, atelier bois, atelier de reprise. Ils ont ainsi construit des épouvantails pour protéger les terres cultivées. Dans le même département, des bénévoles cultivent pour la solidarité internationale. Une équipe de bénévoles s’est constituée avec ceux des deux associations, Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire) et Secours Catholique, et cultive le jardin « Tiers-monde » du Val-d’Ajol. Leur production : légumes, aromates et conserves « maison » sont proposés, tous les dimanches matin sur le marché, pour soutenir des projets de développement.

Dans l’Allier : les jardiniers se forment

Dans le cadre de son jardin solidaire, l’équipe de Souvigny a invité l’équipe de jardiniers et amis à une « initiation à la taille douce des arbres ». Une douzaine de personnes ont suivi avec attention les conseils et astuces de Jean-Claude Jardillier, responsable « jardin » et président de l’association départementale des Jardiniers de France. Grâce aux jardins, c’est toute une chaîne d’amitié qui se crée, une collaboration qui s’établit avec d’autres associations, avec des mairies. Les légumes ont un bon goût de solidarité, et les fleurs sentent bon l’amitié.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s