Quand les religions prennent soin de la terre…

Le dernier message annuel du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux adressé aux Bouddhistes, à l’occasion de la fête du Vesakh, au mois d’avril, avait pour titre: « Chrétiens et Bouddhistes, prendre soin de la planète terre ».

L’environnement, la promotion d’un développement durable et l’attention particulière aux changements climatiques sont l’objet d’une grave préoccupation de la part de tous. Beaucoup de gouvernements, ONG, compagnies multinationales et instituts supérieurs de recherche, reconnaissant les implications éthiques du développement économique et social, investissent des ressources financières tout en partageant leur expertise dans le domaine de la biodiversité, du changement climatique, de la tutelle et de la conservation de l’environnement. Les responsables religieux offrent, eux aussi, leur contribution au débat public.Cette contribution n’est évidemment pas seulement une simple réaction aux plus pressantes et récentes menaces liées au réchauffement climatique global. Le christianisme et le bouddhisme ont toujours professé un grand respect pour la nature et enseignent que nous devons être les gérants reconnaissants de la terre. En effet, ce n’est qu’à travers une profonde réflexion sur le rapport entre le divin Créateur, la création et les créatures que les efforts pour répondre aux préoccupations environnementales ne seront pas compromis par la cupidité de quelques uns ou entravés par les intérêts de groupes particuliers. De manière concrète, ne pouvons nous pas, nous, chrétiens et bouddhistes, faire davantage pour collaborer aux projets qui affermissent la responsabilité qui incombe à chacun et à tous ? Le recyclage, la sauvegarde de l’énergie, la prévention de la destructuion inconsidérée de plantes et d’animaux, et la protection des cours d’eau nous invitent tous à une gestion plus attentive, bien plus, ils stimulent notre bonne volonté et la promotion de relations coridales entre les peuples. De cette manière, catholiques et bouddhistes, ensembles, peuvent être porteurs de l’espérance d’un monde propre, sûr et harmonieux.

Info en provenance de l’agence VIS

DL

Publicités

Une réflexion sur “Quand les religions prennent soin de la terre…

  1. Boudistes, chrétiens, religions et développement durable.
    En effet, les religions ont une responsabilité en s’invitant au débat sur la préservation de l’environnement. Je pense qu’elles peuvent faire plus et passer à l’action.
    Dans ce monde nous passons beaucoup trop de temps en conférences et débats . Il est indispensable de passer du temps pour réfléchir et faire l’état des lieux en matière d’environnement mais cela doit se faire dans le cadre d’une approche participative en vue de l’action.
    Un bon indicateur de l’influence positive des religions dans le domaine de l’environnement devrait nous monter une empreinte écologique positive là où elles interviennent.
    Je pense qu’il y a un déficit de formation en matière environnementale des religieux en charge des communautés. Un vide qui reste à combler .

    Jean Yves Clavreul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s