Une véritable urgence pour nous tous

Bonjour,

Un court message, ce 17 janvier, à propos des biocarburants. Faut-il écrire agrocarburants ? Ou pourquoi pas nécrocarburants ? Je me permets de vous dire qu’à mes yeux, il s’agit d’un des problèmes les plus graves de notre époque. Car le déferlement de ce nouveau combustible d’origine végétale entraîne trois conséquences dramatiques;

1/ Un accroissement certain des famines, via notamment l’explosion du prix des céréales, dont la FAO et même le Fonds monétaire international (FMI) reconnaissent qu’elle est liée à la demande de biocarburants.

2/ Une perte irrémédiable de biodiversité par la destruction de forêts tropicales et d’écosystèmes comme le cerrado brésilien. Des millions d’hectares de forêts, parfois primaires, sont peu à peu remplacés par des palmiers à huile, de la canne à sucre, du soja.

3/Contrairement à ce qui s’écrit, cet énorme emballement conduit à une aggravation de la crise climatique. Brûler des forêts – ce n’est qu’un exemple – envoie dans l’atmosphère des quantités inouïes d gaz carbonique.

Surtout, n’hésitez pas à me demander toutes les références, y compris scientifiques, de ce que j’écris ci-dessus. Je pense profondément que notre responsabilité est engagée.

Fabrice Nicolino, le 17 janvier 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s